TopHaut

Dibamba offers locals a healthier future

Dibamba offre un avenir plus sain aux habitants

Globeleq’s aim to be a good corporate citizen is not just about other people’s perceptions of the company. Caring for the communities in which Globeleq operates is part of the company’s DNA. Every one of Globeleq’s assets is involved in community initiatives to improve the lives of those who live closest to its plants.

In Cameroon, $181,252 was set aside in 2016 to invest in education, health, the environment and businesses as Globeleq’s contribution to social and economic development (SED) initiatives in the country.

New focus

When the Dibamba Power Development Company (DPDC) was reorganised two years ago, Deputy General Manager and civil engineer, Georgette Hell, was tasked to actively help empower the local community.
button-label

“It is very rewarding working at Globeleq. I had worked for the government before, and my job here allows me to stay in touch with my country’s administration. Also, because Globeleq is an excellent corporate citizen, I can take initiatives to help people knowing that I will be supported,” she says.

Encroaching urbanisation

The Bakokos community, who live near the Dibamba power plant in Yassa, is essentially rural, Georgette says. But as the nearby city of Douala grows, they increasingly find themselves living in close proximity to urban populations and activities which can sometimes have a negative impact on their lives.
“One of the biggest challenges is dealing with changes to the environment and lives of Yassa residents because of the encroaching urbanisation. Deforestation, the destruction of mangroves and the marine ecosystem, the pollution threat from factories and mismanagement of natural resources are just some of the problems faced,” she says.

An extensive programme

However, locals also have to deal with many other challenges that have nothing to do with the growth of Cameroon’s economic capital. Poor education, unemployment and the lack of access to quality health care are just some of the problems they face. This is where Dibamba can and does help.
The six focus areas of Georgette’s job as the plant’s social responsibility programme manager are the supervision of environment, health and water issues, the coordination of electrification projects and poverty reduction activities, improving local school education and updating and coordinating the implementation of the Social Management Plan (SMP).
“In terms of education, the challenge in Yassa and its surroundings is to upgrade the school to international standards. Regarding health, while the capacity and quality of health facilities has been improved, there is a lack of management structures,” she says.
“When it comes to employment, there are many obstacles to finding and securing employment for locals. Considering environmental challenges, there is a need to support the development of small businesses and encourage a clean environment.”

Local projects

To encourage a desire to excel at school, Dibamba has instituted a system of awards for the best students at public primary schools in the Yassa-Bakokos community. The office of the principal at the Yassa-Yatchica Public School has been equipped and the electrification project is on track.
Globeleq Cameroon has undertaken several projects to improve the health of the local population and facilitate access to health care. Projects include the sinking of boreholes, an ongoing outreach programme to raise awareness of water-related diseases and the need for purification, as well as the improvement of health facilities in the surrounding towns.
On the big issue of employment, a study is currently underway to determine the feasibility of establishing a modern poultry farm in the area. The plant is completely committed to complying with all legal and regulatory environmental standards.

“These are just some of the projects that are currently underway and many more are in the pipeline. We want the local community to reach a development level at least equal to uptown Douala and to make it a SMART City. We also want to develop green spaces and good sanitation for a ‘green Dibamba’,” says Georgette.

A happy place

Although Georgette’s job is not always easy, particularly as this mother of four works 300 kilometres away from her Yaoundé-based family, she clearly loves what she does.
“I am most proud of the rehabilitation of the Yassa health centre, because people no longer have to travel long distances to get lower-cost but quality health care. Thanks to our help, the head doctor has realised his dream of offering optimal healthcare services to his patients, and the community has benefited from Dibamba’s contribution”, she says.
One of the biggest success stories of the past year has been the electrification of the village of Yassa, in collaboration with ENEO, despite all the difficulties encountered in the local community.
“My biggest challenge is to ensure the involvement of the locals, because if they do not feel involved, they will not be able to take advantage of all that Globeleq’s Dibamba plant can provide them.”

L’objectif de Globeleq d’être une entreprise citoyenne n’est pas seulement une question d’image de la compagnie auprès du public. Il est primordial pour Globeleq de prendre soin des communautés dans lesquelles opère notre entreprise. Chacune des installations de Globeleq est impliquée dans des initiatives communautaires visant à améliorer la vie de ceux qui vivent autour de ses installations.

Au Cameroun, 181 252 dollars ont été mis de côté par Globeleq en 2016 pour investir dans l’éducation, la santé, l’environnement et les entreprises pour ses initiatives de développement social et économique (DES) dans le pays.

Nouvelle direction

Lorsque Dibamba Power Development Company (DPDC) a été réorganisé il y a deux ans, la directrice générale adjointe, Georgette Enfer, qui est aussi ingénieur civil, a été chargée d’aider activement l’autonomisation de la communauté locale.
“C’est très gratifiant de travailler à Globeleq. Auparavant, je travaillais pour le gouvernement, et mon travail ici me permet de rester en contact avec l’administration de mon pays. De plus, parce que Globeleq est une excellente entreprise citoyenne, je peux prendre des initiatives pour aider les gens en sachant que je serai soutenue”, dit-elle.

Une urbanisation galopante

La communauté Bakoko, qui vit près de la centrale Dibamba à Yassa, est essentiellement rurale, nous explique Georgette. Mais comme la ville voisine de Douala se développe, les Bakokos se trouvent de plus en plus à proximité des populations et des activités urbaines, ce qui peut parfois avoir un impact négatif sur leur quotidien.

“Un des plus grands défis est de gérer les changements dans l’environnement et la vie des résidents de Yassa dus au développement urbain. La déforestation, la destruction des mangroves et de l’écosystème marin, la menace de la pollution des usines et la mauvaise gestion des ressources naturelles ne sont que quelques – uns des problèmes auxquels ils sont confrontés “, dit – elle.

Un vaste programme

De plus, les habitants doivent également faire face à de nombreux autres défis qui n’ont rien à voir avec la croissance de la capitale économique du Cameroun : une mauvaise éducation, le chômage et le manque d’accès aux soins de santé de qualité ne sont que quelques – uns des problèmes auxquels ils sont confrontés. Et c’est à ce niveau que Dibamba peut aider – et le fait.

Les six domaines d’intervention du travail de Georgette en tant que chargée de la responsabilité sociale du programme de l’usine sont la supervision des questions relatives à l’environnement, à la santé et à l’eau, la coordination des projets d’électrification et des activités de réduction de la pauvreté, l’amélioration de l’éducation scolaire locale et la mise à jour et la coordination de la mise en œuvre du plan de gestion sociale (PGS).

“En matière d’éducation, le défi à Yassa et ses environs est d’élever le niveau de l’école aux normes internationales. En ce qui concerne la santé, si la capacité et la qualité des établissements de santé a été améliorée, il y a encore un manque de structures de gestion”, dit – elle.

“Au niveau du travail, les habitants rencontrent de nombreux obstacles pour trouver et conserver un emploi. En ce qui concerne les défis environnementaux, il est nécessaire de soutenir le développement des petites entreprises et de favoriser un environnement propre”.

Les projets locaux

Afin d’ encourager le désir d’exceller à l’école, Dibamba a mis en place un système de récompenses pour les meilleurs étudiants des écoles primaires publiques de la communauté Yassa-Bakoko. Le bureau du directeur de l’école publique Yassa-Yatchica a été équipé et l’électrification est en bonne voie.

Globeleq Cameroun a entrepris plusieurs projets pour améliorer la santé de la population locale et faciliter l’accès aux soins de santé. Les projets comprennent le forage de puits, un programme de sensibilisation aux maladies liées à l’eau et la nécessité de la purification qui est déjà en cours, et finalement, l’amélioration des installations sanitaires dans les villes environnantes.

Sur la grande question de l’emploi, une étude est en cours pour déterminer la faisabilité d’établir une ferme avicole moderne dans la région. L’usine s’est complètement engagée à se conformer à toutes les normes environnementales légales et réglementaires.

“Ce ne sont que quelques – uns des projets qui sont actuellement en cours et beaucoup d’autres sont en projet. Nous voulons que la communauté locale atteigne un niveau de développement au moins égal au centre de Douala et en faire une ville SMART. Nous voulons aussi développer des espaces verts et une bonne hygiène pour une “Dibamba verte”, dit Georgette.

Un endroit heureux

Le travail de Georgette n’est pas toujours facile, d’autant plus que cette mère de quatre enfants travaille à 300 kilomètres de sa famille qui est basée à Yaoundé. Pourtant elle adore ce qu’elle fait.

“Ce qui me rend la plus fière, c’est la réhabilitation du centre de santé de Yassa, parce que les gens n’ont plus besoin de se déplacer loin pour avoir de bons soins de santé pas chers. Grâce à notre aide, le médecin-chef a réalisé son rêve d’offrir des services de soins de santé optimaux à ses patients, et la communauté a bénéficié de la contribution de Dibamba”, elle dit.

Une des plus grandes réussites de l’année a été l’électrification du village de Yassa, en collaboration avec ENEO, malgré toutes les difficultés rencontrées dans la communauté locale.

“Mon plus grand défi est d’assurer la participation des populations locales, parce que si elles ne se sentent pas concernés, elles ne seront pas en mesure de tirer profit de tout ce que l’usine Dibamba de Globeleq peut leur offrir.”