TopHaut

Electrification of a village in Cameroon

Electrification d'un village au Cameroun

Overcoming differences to bring light to Yassa village

Following concerted efforts by staff at the Dibamba power plant in Cameroon, years of differences with residents of the nearest village to the plant have been overcome, and at last it now has electricity.
Financed by the Dibamba Power Development Company (DPDC) to the tune of $62,824, and developed and constructed by the national power utility, ENEO, the new electricity network has brought light to some 300 households in Yassa village, which is less than a kilometre away from the plant.

Complicated history

Commissioned in 2009, the Dibamba plant made limited social investments in the local community during its construction phase, thereby missing out on an opportunity to build trust with the local community.

But in 2012, under the leadership of the plant’s General Manager, Frédéric Mvondo, the company started a negotiation process with the traditional authorities in Yassa village.

This was however complicated by tensions between the villagers because of internal disputes over leadership and land ownership.

“Happily, the initial round of talks cleared up misunderstandings and we gained back support and trust from the Chiefs for the project. This allowed us to proceed with the consultation process,” says Frédéric.

Key to success

Ultimately, the involvement of DPDC’s top management, in-depth consultations with all community leaders (which included 2 local chiefs and a Paramount Chief as well) and the setting up of an effective and efficient mechanism to deal with grievances, were the key factors in the success of the project.
Consultations were undertaken with all the various factions within the community leadership and, through this participatory approach, a Memorandum of Understanding was established that identifies the needs the village would like to see addressed in the future.

These include the expansion of the low voltage electric network around the plant, the establishment of potable water wells with pumps and the rehabilitation and reinforcement of health care services in the village.

All’s well that ends well

Frédéric was supported by Catherine Minya and Albertine Yougna from DPDC during the process, and various other issues were resolved and robust mechanisms put in place. These allowed the DPDC community relations manager to effectively liaise with the administrative authorities, and a steering committee made up of community members and plant representatives.

“From the team’s perspective, it is a great achievement to have restored a peaceful climate between the company and surrounding communities and also to have succeeded in setting up a positive framework that will allow for the smooth implementation of the company’s community development plans,” says Frédéric.

 

Au-delà des différents – apporter la lumière au village Yassa

Grâce à des efforts concertés de la part du personnel de la centrale de Dibamba au Cameroun, des années de différents avec les habitants du village le plus proche de l’usine ont été surmontées. Surtout, le village a enfin l’électricité.

Financé par le Power Company Development Dibamba (DPDC) à hauteur de 62,.824 $, et développé et construit par la société nationale d’électricité, ENEO, le nouveau réseau d’électricité a apporté la lumière à quelque 300 ménages du village de Yassa, qui est à moins d’un kilomètre de l’usine.

Une relation compliquée

Mise en service en 2009, l’usine de Dibamba a réalisé peu d’investissements dans le secteur social local au cours de sa phase de construction, manquant ainsi l’opportunité d’établir la confiance avec la communauté locale.

Mais en 2012, sous l’impulsion du directeur général de l’usine, Frédéric Mvondo, la compagnie a commencé à discuter avec les autorités du village de Yassa.

Toutefois, les discussions ont été compliquées par les tensions entre les villageois qui se disputent en raison de conflits internes sur le leadership et la propriété foncière.

“Heureusement, la première série de pourparlers a effacé les malentendus et nous avons regagné le soutien et la confiance des chefs pour le projet. Cela nous a permis de poursuivre le processus de consultation”, dit Frédéric.

Les clés du succès

En fin de compte, l’implication de la direction de DPDC, des consultations approfondies avec tous les leaders de la communauté (c’est à dire 3 chefs locaux) et la mise en place d’un mécanisme efficace pour traiter les doléances ont été les facteurs clés du succès du projet.

Des consultations ont été menées auprès des différentes factions du village et, grâce à cette approche participative, un protocole d’accord a été établi afin d’identifier les questions que le village aimerait voir aborder à l’avenir.

En effet, les habitants souhaitaient l’expansion du réseau électrique basse tension autour de l’usine et la mise en place de puits d’eau potable avec des pompes. Finalement, ils voudraient rénover et renforcer les services de santé dans le village.

Tout est bien qui finit bien

Au cours du processus, Frédéric a été soutenu par Catherine Minya et Albertine Yougna de DPDC, et divers autres problèmes ont été résolus, pour réussir à mettre en place de solides mécanismes. Ceux – ci ont permis au directeur des relations communautaires de DPDC d’assurer une liaison efficace avec les autorités administratives, et un comité de pilotage composé de membres de la communauté et des représentants de l’usine.

“Du point de vue de l’équipe, c’est une belle réussite d’avoir restauré un climat pacifique entre la compagnie et les communautés environnantes et aussi d’avoir réussi à mettre en place un cadre positif qui permettra la bonne mise en œuvre des plans de développement communautaire de l’entreprise”, explique Frédéric.