TopHaut

Local Sarah Baartman bee keeper trust is buzzing!

Nouvelles - le trust des apiculteurs Sarah Baartman bourdonne!

The Sarah Baartman Honey Bee Trust (SBHBT), which is funded as part of Jeffreys Bay Wind Farm’s enterprise development programme and launched a year ago, has already completed two harvests and will be operating 500 beehives by the end of the year.

An exciting development in this programme is the relocation of hives from Patensie, Loerie and Baviaanskloof to the Hankey area. “We are moving the hives so that the beekeepers, who predominantly live in the hamlet of Hankey and are all Trustees of the SBHBT, can easily access their hives without the added cost and hassle of using transport,” says Marion Green-Thompson, Economic Development Manager for Jeffreys Bay Wind Farm.

In addition to the active 300 hives that will soon all be settled in areas around Hankey, an additional 100 hives have been manufactured and another 100 are being delivered from the canola fields in the Southern Cape.

Moving hives is a delicate operation as bees can get stressed and hot if transported during the day. To avert bees dying, the hives are secured and moved during the cool of night.

Once the hives have been relocated and the bees settled, the productive hives will be split to increase the number of active hives and make use of the currently empty structures. The beekeepers in fact built 100 of these hives themselves, making use of recycled wood from industrial pallets which were donated by local companies.

The development of this local beekeepers trust included skills development, training and funding of equipment. 40 beekeepers started on the programme and over time 17 acquired an affinity for bees. They are committed to the programme and are now registered members of the Trust.

This is an extraordinary enterprise development programme, initiated and sponsored by the wind farm, which has empowered and created a commercial opportunity for local community members who were previously unemployed or seasonally employed.

The beekeepers have registered with the South African Bee Industry Organisation (SABIO) and have been equipped with the necessary tools, equipment and skills to operate successfully as commercial beekeepers.

Some of the harvested honey is being distributed to the local market and being sold to bulk honey buyers who then process it and resell it into the retail industry. However, the Beekeepers Trust has developed its own brand and intends soon to package and market their honey themselves, which will not only make the area of Hankey very proud, it will ultimately increase their profit margins.

SOME HONEY BEE FACTS:

  • An apiary (also known as a bee yard) is a place where beehives of honey bees are kept. Traditionally beekeepers (also known as apiarists) paid rent in honey for the use of small parcels of land. Some farmers will provide free apiary sites, because they need pollination, and farmers who need many hives often pay for them to be moved to the crops when they bloom. It can also be a wall-less, roofed structure, similar to a gazebo.
  • Bees in South Africa: South Africa is home to two sub-species (races) of honeybees which are indigenous to the country: the African bee and the Cape bee.

The Cape bee is generally confined to the Western and Southern Cape regions particularly referred to as the Fynbos region; and the African bee covers the region to the north of this area.

The Eastern Cape is considered part of the dual area. However, the area around Hankey and Patensie, where the apiaries are situated, is within the Fynbos region i.e. Cape Bee territory.

  • Current status of bees in South Africa: Beekeepers and honey bees in South Africa have been faced with significant problems including vandalism and theft, plus the persistent loss of bee-friendly forage through habitat destruction and urbanisation.

In addition, bees need to deal with diseases and parasites. The ability of bees to resist diseases and parasites seems to be influenced by a number of factors, particularly their nutritional status and their exposure to toxic chemicals. Some pesticides, for example, seem to weaken honey bees which then become more susceptible to infection and parasitic infestation.

It was estimated that up to 40 percent of the commercially managed bee population of the Western Cape has been affected by American Foulbrood. This figure is not clear in the Eastern Cape.

  • What is the effect of crop spraying on the honey bees in SA? Pollen, collected by bees from commercially farmed sources can contain high levels of pesticide residues. Therefore, with pollen being the main food source for honey bees it’s a very important factor affecting the individual bee and the colony as a whole.

Climate and environmental related effects on bee food sources have a higher effect on bee populations than pesticides alone.

  • The impact of a threatened honey bee population:

The majority of plants in the world need animal pollination to produce seeds and fruits and therefore need pollen to be transferred from other plants to reproduce. All of these will inevitably be affected by a decline in bee populations.

 

Le trust pour le miel Sarah Baartman (SBHBT), qui est financé dans le cadre du programme de développement d’entreprise de Jeffreys Bay Wind Farm en Afrique du Sud a été lancé il y a un an. Il a déjà effectué deux récoltes et exploitera 500 ruches d’ici la fin de l’année.

La relocalisation des ruches de Patensie, Loerie et Baviaanskloof vers la région de Hankey a constitué un évènement passionnant dans ce programme.”Nous bougeons les ruches afin que les apiculteurs qui vivent principalement dans le hameau de Hankey et appartiennent au trust SBHBT, puissent facilement accéder à leurs ruches sans frais supplémentaire et sans les tracas des transports”, explique Marion Green-Thompson, directrice du développement économique pour Jeffreys Bay Wind Farm.

En plus des 300 ruches actives qui seront bientôt toutes installées dans des zones autour de Hankey, 100 autres ruches ont été fabriquées et 100 autres sont en cours de relocalisation des champs de colza de la province du Cap Sud.

Le déplacement des ruches est une opération délicate parce que les abeilles peuvent être stressées et avoir chaud si elles sont transportées pendant la journée. Pour éviter la mort des abeilles, les ruches sont sécurisées et déplacées à la fraîcheur de la nuit.

Une fois que les ruches ont été déplacées et les abeilles installées, les ruches productives seront partagées pour augmenter le nombre de ruches actives et utiliser les structures actuellement vides. Les apiculteurs ont en fait construit 100 de ces ruches eux-mêmes, en utilisant du bois de palettes industrielles qui ont été données par des entreprises locales.

Le développement de ce trust d’apiculteurs locaux comprend aussi le développement des compétences, la formation et le financement de l’équipement. 40 apiculteurs ont commencé le programme et, au fil du temps, 17 ont acquis une affinité pour les abeilles. Ils se sont engagés dans le programme et sont maintenant des membres à part intégrale du Trust.

C’est un programme de développement d’entreprise extraordinaire, initié et parrainé par le parc éolien, qui a autonomisé et offert une opportunité commerciale pour les habitants qui étaient auparavant au chômage ou qui avaient des emplois saisonniers.

Les apiculteurs se sont enregistrés auprès de l’Organisation de l’industrie apicole sud-africaine (SABIO) et ont été équipés avec l’équipement et les compétences nécessaires pour être des apiculteurs commerciaux qui réussissent.

Une partie du miel récolté est distribuée sur le marché local et vendue à des acheteurs en vrac qui le transforme et le revende au détail. Cependant, nos apiculteurs ont développé leu propre marque et entendent bientôt embouteiller et commercialiser eux-mêmes leur miel, grâce au trust, ce qui va non seulement enorgueillir la région de Hankey, mais finira par augmenter leurs marges bénéficiaires.

LE SAVIEZ-VOUS ?

  • Un rucher est un endroit où les ruches des abeilles mellifères sont conservées. Traditionnellement, les apiculteurs payaient un loyer en miel pour l’utilisation de petites parcelles de terre. Certains agriculteurs offrent des ruchers gratuitement parce qu’ils ont besoin de pollinisation, et les agriculteurs qui ont besoin de ruches paient souvent pour déplacer les abeilles vers les cultures quand elles sont en fleurs. Cela peut aussi être une structure couverte, sans murs, comme un auvent.
  • L’Afrique du Sud héberge deux sous-espèces (races) d’abeilles indigènes: l’abeille africaine et l’abeille du Cap.

L’abeille du Cap est généralement limitée aux régions du Cap Ouest et du Cap Sud qui a une végétation de type Fynbos; et l’abeille africaine couvre le nord de cette zone.

La province du Cap Est héberge les deux espèces. Cependant, la zone autour de Hankey et Patensie, où les ruchers sont situés, se trouve dans la région du Fynbos, c’est-à-dire le territoire de l’abeille du Cap.

  • La situation actuelle des abeilles en Afrique du Sud: les apiculteurs et les abeilles en Afrique du Sud ont été confrontés à des problèmes graves comme le vandalisme et le vol, ainsi que la disparition constante du fourrage que l’abeille apprécie à cause de la destruction et de l’urbanisation de l’habitat.

En outre, les abeilles ont besoin de lutter contre les maladies et les parasites. La capacité des abeilles à résister aux maladies et aux parasites semble être influencée par un certain nombre de facteurs, notamment leur état nutritionnel et leur exposition à des produits chimiques toxiques. Certains pesticides, par exemple, semblent affaiblir les abeilles qui deviennent alors plus sensibles à une infection ou une infestation parasitaire.

On estime que jusqu’à 40 pour cent de la population d’abeilles commerciales du Cap Ouest a été affectée par une bactérie en provenance d’Amérique, la loque. Ce chiffre n’est pas connu pour la province du Cap Est.

  • Quel est l’effet de la pulvérisation des cultures sur les abeilles en Afrique du Sud? Le pollen récolté par les abeilles à partir de plantes commerciales peut contenir des niveaux élevés de résidus de Par conséquent, comme le pollen est la principale source de nourriture pour les abeilles, c’est un facteur très important affectant l’abeille individuelle et la colonie dans son ensemble.

Toutefois, le climat et les effets environnementaux liés aux sources alimentaires des abeilles ont un effet plus fort sur les populations d’abeilles que les pesticides seuls.

  • L’impact d’une population d’abeilles menacées:

La majorité des plantes dans le monde ont besoin de pollinisation par les animaux pour produire des graines et des fruits et ont donc besoin de pollen transféré d’autres plantes pour se reproduire. Ces phénomènes subiront inévitablement des conséquences négatives en cas de déclin des populations d’abeilles.